Mes activités 
Mes activités > LES HERBES MÉDICINALES
LES HERBES MÉDICINALES
Zhòng yào (pharmacopée chinoise)
仲要

Compléments indispensables à l’acupuncture les herbes médicinales ont une action très puissante qui renforce ou prolonge le traitement. Elles sont présentées sous forme de comprimés, de gélules ou en poudre.

-La phytothérapie
Avec des indications pour plus de 80 % des maladies, la phytothérapie est la discipline reine. Aujourd'hui, elle exploite plus de quatre cents espèces végétales. Le traitement consiste en l'administration de formules composées de racines, d'écorces ou de feuilles sous forme de décoction ou de pilules. La principale différence avec l'Occident réside dans la prescription. Le choix des plantes et la posologie dépendent, non pas de l'origine du problème, mais de "l'état énergétique" du patient. On privilégie celles qui vont le régulariser.



En Chine, les herbes et substances médicinales constituent un « trésor national » et sont très largement utilisées, de manière tant préventive que curative.Dans son pays d'origine, la pharmacopée chinoise est la première approche privilégiée; on la considère comme plus puissante que l'acupuncture.
Expérimentée depuis plus de 3 000 ans, la pharmacopée chinoise recèle quelques milliers de substances dont environ 300 font partie de l'usage courant.

Même si une grande partie des connaissances, qui sont propres à cette pharmacopée, découle d'une pratique traditionnelle populaire, avec des variations d'une région à l'autre, les médecins chinois ont accumulé un volumineux corpus de données au fil du temps.

Aujourd'hui, la pharmacologie et la recherche continuent d'approfondir cette science, tandis que les praticiens contemporains développent de nouveaux traitements, de mieux en mieux adaptés aux maux de notre époque

La pharmacopée chinoise est donc une approche vivante. Herbes, plantes, substances et formules...

Certaines des plantes utilisées couramment en MTC nous sont familières, la réglisse ou la verveine, par exemple, mais plusieurs sont peu ou pas connues ici et ne jouissent même pas d'un nom français (tout comme de nombreuses plantes médicinales occidentales sont inconnues en Chine).

Par conséquent, cette pharmacopée constitue encore un territoire inexploré pour les scientifiques occidentaux et les ingrédients actifs qui assurent l'efficacité de la plupart des herbes ne sont pas connus.

Les plantes et herbes ne sont pas les seuls ingrédients de la pharmacopée, sont également utilisés des substances médicinales tels les extraits de minéraux comme le talc (Huá shì) ou le gypse (Shī gāo), et des extraits d’animaux comme le gésier de poule (Jī nèi jīn) ou une glue issue de la peau d’âne (Ējiāo).
Les herbes et substances médicinales sont choisies spécifiquement en fonction de la personne à traiter : le « bon » médicament convient à telle personne comme la bonne clé ouvre telle serrure.

Pour prescrire une plante ou une formule, le praticien doit comprendre non seulement les causes sous-jacentes des symptômes, mais la dynamique propre de son patient.

Ces plantes sont-elles sécuritaires ?

Il y a deux aspects dont il faut tenir compte pour l'innocuité d'une prise d'herbes : la pertinence de la commande et la qualité des herbes comme telles. Il n'existe pas, semble-t-il, de médecine efficace qui soit totalement sans risque !

La pharmacologie occidentale misant souvent sur un ingrédient actif pour soigner une pathologie, l'herboristerie traditionnelle, quant à elle, mise sur l'effet conjugué des diverses parties de la plante.

De plus, en pharmacopée chinoise, il arrive très souvent que soit utilisées plusieurs plantes et substances médicinales en même temps, ce qui constitue une « formule », afin de profiter de la synergie de plusieurs ingrédients ayant des propriétés similaires et de minimiser les effets secondaires que pourrait causer une seule plante prise en grande quantité.

Comme pour l'herboristerie occidentale, les parties utilisées sont les feuilles, les fleurs, l'écorce, les racines et les graines.
Les plantes médicinales chinoises, comme la plupart des substances actives, peuvent provoquer des effets secondaires.

Heureusement, la très longue tradition fait que ces effets sont connus avec précision; dans une grande majorité de cas, ils sont d'ordre digestif (ballonnement, perte d’appétit, nausée).

De façon générale, la pratique chinoise privilégie d'abord des plantes non toxiques qui servent à soutenir le système d'autorégulation tandis qu'elle réserve les plantes possédant des propriétés toxiques à des cas sévères.


Quant à la qualité des herbes importées, plusieurs sources affirment que la réglementation chinoise pour la culture des plantes destinées à l'exportation aurait été considérablement renforcée ces dernières années.

De plus, de nombreuses entreprises d’importation imposent maintenant leurs normes.

Dans un grand nombre de cas, les herbes chinoises doivent être prises en décoction, ce qui requiert un certain temps de préparation qui rend parfois impatient.

Le but premier de la Médecine Traditionnelle Chinoise et de sa pharmacopée est la Prévention.

Il s'agit alors de maintenir l'organisme en bonne santé – ce qui, dans nos mots, veut dire renforcer le système immunitaire.

De nombreuses plantes et formules possèdent ce potentiel et, à ce titre, font partie du quotidien de millions de personnes.

Du point de vue curatif, la Médecine Traditionnelle Chinoise est un système complet et les plantes qui en relèvent sont censées traiter tous les problèmes.

De plus, ces « tisanes » ou « soupes » sont souvent si mauvaises au goût, et même carrément pénibles à boire (du moins pour les herbes les plus fortes), que certaines personnes y renoncent
.


Pour en savoir plus


Aucun produit pour le moment.

Retour